Témoignage

Retour sur la conférence régionale ESS Grand Est

Visionnez les témoignages réalisés pendant la conférence territoriale d’Attigny (08) :

http://www.dailymotion.com/video/x5a729v

Revivez la journée du 3 février à Metz dans le cadre de la Conférence Régionale de l’ESS :

https://www.youtube.com/watch?v=Y1WHEt3xXHM

Interview de Jessica FURELAUD, Chargée de mission DLA Marne

Jessica FURELAUD est Chargée de mission au sein de Champagne-Ardenne Active.

Elle s’occupe du Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) pour le département de la Marne. Les formations de la Plateforme viennent en appui des associations qu’elle accompagne.

 

En quoi consiste votre mission de chargée de mission Dispositif Local d’Accompagnement (DLA) 51 ? 

Le chargé de mission DLA, aide les associations employeuses et autres entreprises d’utilité sociale à consolider ses activités, développer un projet et/ou pérenniser ses emplois.

Le DLA, permet à l’association bénéficiaire de recevoir gratuitement au sein de sa structure, un chargé de mission pour :

-         Réaliser un diagnostic partagé de sa situation et de ses besoins ;

-         Mobiliser pendant quelques jours un expert pour répondre aux problématiques identifiées

-         Bénéficier d’un suivi personnalisé

 

Dans votre rôle d’accompagnement et de conseil aux associations, vous utilisez la Plateforme régionale des formations ?

Oui, à partir du moment où nous rencontrons une association en phase d’accueil et si nous connaissons l’offre de formation de la Plateforme, nous pouvons déjà prescrire des formations à l’association, ce qui n’empêchera pas le travail de diagnostic du DLA.

Il est possible aussi qu’une association vient nous voir pour se lancer dans une démarche de diagnostic qui va ensuite révéler plusieurs problématiques transversales. Dans ce cas-là, nous n’avons pas forcément les moyens financiers ni des consultants multisectorielles ou multi compétents, la Plateforme va permettre de compléter l’accompagnement qui sera proposé dans le DLA.

Dans nos conventions pluriannuelles et annuelles avec nos partenaires, nous avons un principe de subsidiarité (complémentarité) sur le territoire. Par conséquent, en tant que garant du dispositif sur le territoire, cela fait partie du métier de chargé de mission de travailler en complémentarité avec les outils proposés dans les territoires.

 

Quels sont les retours que vous avez ? quel est le bilan que vous tirez ?

A chaque fois que nous allons rencontrer une association, peu importe l’état d’avancement de l’accompagnement, je viens avec la plaquette des formations et très souvent l’association connaît déjà l’offre de formations proposée sur l’année. J’ai remarqué certains habitués. Ça serait dommage de l’arrêter.

 

Pensez-vous que ce type de dispositif répond aux besoins des associations ?

Oui, il faut proposer davantage des séances de formation sur des plages horaires en soirée ou le samedi matin car j’ai le sentiment qu’il y a plus de participation de la part des salariés ou plutôt des associations employeuses.

J’inscris les formations dans le plan d’accompagnement de l’association et par conséquence dans le cahier des charges. Cela a trois avantages :

-          Ça permet de responsabiliser l’association dans sa démarche de changement. Même si l’association est libre de participer aux sessions de formation ou pas.

-          Pour le DLA, cela permet de réduire son cout d’ingénierie.

-          Le consultant est informé du travail qui est proposé à l’association.

Pour le DLA de la Marne il est complexe de construire des accompagnements collectifs car les associations employeuses ont des difficultés à se mobiliser plus d’une journée.

C’est pourquoi la flexibilité de la Plateforme sur l’ouverture à toute association et la possibilité d’assister qu’à quelques modules, permet de répondre à des besoins que nous identifions et pour lesquels nous ne pouvons pas répondre.

 

Interview de Natalia DEOM, Présidente de l’association UNI SOYOUZ

Natalia DEOM est la Présidente de l’association UNI SOYOUZ. Elle a découvert la Plateforme de formations en 2016 et depuis elle est devenue une grande consommatrice.

PHOTO NATALIA

 

Votre association « Uni Soyouz » est toute récente. Pourquoi avoir créé l’association et quel est son objet ?

L’association Uni Soyouz a été créée par les parents russophones de la région Champagne-Ardenne pour la promotion de la langue et de la culture russe. Cette association a pour objet :

  • De favoriser la coopération et les échanges culturels entre la France et la Russie ainsi qu’avec les pays de l’ex URSS et autres pays intéressés ;
  • D’accompagner les ressortissants de ces pays dans leurs démarches administratives en France et en Europe ;
  • D’offrir l’accès à l’apprentissage de la langue russe et de la langue française à ses membres ;
  • De promouvoir la culture et les traditions slaves en France et en Europe.

Le nom de l’association « Soyouz » signifie en russe l’Union et spécifie la volonté de réunir les cultures russe et française et de les faire coexister au sein de l’association. De ce fait, UNI SOYOUZ accueille les enfants ou les adultes bilingues ainsi que les francophones qui souhaitent faire du théâtre et apprendre le russe.

 

Vous participez aux formations de la Plateforme depuis cette année, comment-avez-vous connu ce dispositif 

J’ai connu ce dispositif grâce à une bénévole de notre association qui a travaillé dans une association rémoise avant d’intégrer notre association.

 

 En quoi ces formations sont utiles à votre association ?

Ces formations sont plus qu’utiles pour notre l’association car pour gérer avec efficacité, je dois mettre en œuvre beaucoup de compétences dans différents domaines et être clairvoyante. Comme auparavant je n’avais pas eu l’occasion de participer à la vie associative, pour moi tout est nouveaux.

En tout honnêteté, je regrette de ne pas avoir eu accès aux formations lors de la création de notre association. J’aurais pu éviter les erreurs en m’appuyant sur l’expérience des autres participants des formations.

 

Pensez-vous que ces formations vous confortent dans votre rôle de présidente ?

Ces formations permettent d’améliorer mes compétences et d’acquérir de nouvelles connaissances. Elles me permettent de maîtriser l’ensemble des sujets évoqués lors des instances. Ces formations diverses me permettent aussi de garder une vision complète d’organisation et d’offrir de la solidité à notre toute jeune association.

Catherine-Zuber

Catherine ZUBER, Conseillère régionale déléguée à l’ESS

Catherine Zuber, Conseillère régionale déléguée à l’ESS et à la vie associative pour la région Grand Est répond aux questions de la CRESS pour la lettre trimestrielle des acteurs de l’ESS.

Interview d’Emmanuelle Debar, coordinatrice Espaces Métiers de Vitry-le-François

Dans le cadre du mois de l’ESS, Emmanuelle Debar, coordinatrice des Espaces Métiers et partenaire de la CRESSCA sur le projet du ‘Grand jeu de la faim’ a présenté le spectacle et les actions menées sur Vitry-le-François lors du JT du 12-13 sur France 3 Champagne-Ardenne

 

 

Nos partenaires:

Ils nous ont fait confiance: